Lien vers l'ENS

Accueil du site > Archives > 2014 > 2014.04 - Irène Rosier-Catach

2014.04 - Irène Rosier-Catach

Conférence d’Irène Rosier-Catach

Directrice de recherche au CNRS
Directrice d’études à l’EPHE

"De l’un au multiple, du multiple à l’un. Dante et le vulgaire illustre"

Mardi 8 avril 2014, 18h, salle des Actes
 

Conférence organisée par l’ECLA.

Pour Dante, la diversité et la variabilité des langues ont pour origine la nature “infiniment instable et variable” de l’homme. Puisque, après Babel, il fut puni par l’oubli de l’idiome premier, il dut alors réparer sa faute, recréer ses parlers selon son bon plaisir. De là naquit la multitude des parlers “vulgaires” … Mais l’homme est un être compagnevole, qui vit avec les autres. Il a besoin de lois, d’un bon gouvernement, mais aussi d’une langue commune. Celle-ci ne peut être la langue d’une élite, une langue “artificielle” et figée, le latin inventé des Docteurs. Dante invente une voie originale, dans le De vulgari eloquentia, pour concilier le besoin d’unité et l’incontournable diversité qui marque les affaires des hommes : qu’on écoute les meilleurs des poètes dans chacune des cités, ils constituent la curia, encore dispersée, de l’Italie, qu’on donne à leurs œuvres une fonction nouvelle, d’être la “mesure” de tous les parlers italiens, de les illuminer, de les guider. Le geste est celui d’un poète et d’un “politique”. Et ainsi Dante nous lègue une question : comment aujourd’hui, sans abolir la naturelle diversité des langues, inventer le parler commun nécessaire à toute convivenza ?


| Plan du site | Suivre la vie du site